La data industrielle, coeur de l’industrie 4.0

data-mining-big-data-industriel-data-cybersecurité-strategie-centrale-mine-pont-audencia-em-hec-baldwin-partners-industrie-4.0-nantes-conférence-technique-conseil-nantes-ingénierie

La data industrielle, coeur de l’industrie 4.0

La stratégie internationale de la France pour le numérique & l’Industrie du futur

Ingérences, responsabilités numériques, vols massifs, paralysie ou destruction des données… Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires Etrangères  présentait le 15 Décembre après-midi la stratégie internationale de la France pour le numérique : visant entreprises et citoyens. Toutefois, il rappelle que les numériques sont sources d’opportunités et d’innovations pour créer de la valeur, et qu’il nous faudra encadrer les pratiques. Ainsi, “favoriser le déploiement des technologies et services numériques“ dans notre politique industrielle créera un avantage concurrentiel non négligeable. La data industrielle, coeur de l’industrie 4.0 ?

Big data, mégadonnées, cloud computing

Big data, mégadonnées, cloud computing… ces termes autrefois réservés aux acteurs du secteur sont devenus incontournables, si bien que l’industrie du futur fait partie de ces business qui se sont emparés de ces nouvelles technologies. En effet, les challenges à relever pour l’industrie étaient de capter, ordonner, calculer et mettre en forme ces données dans des temps très courts.
Grâces à ces activités numériques, les industriels créent de nouveaux business et services, comme Michelin qui propose une offre clé en main de fleet management. De même : Safran et General Electric ont réussi à pricer le coût à l’heure d’utilisation d’un réacteur d’avion, qu’ils proposent comme étant un service aux constructeurs aéronautique.

Et les ETI dans tout cela ?

Le digital ne se cantonne pas aux leaders sectoriels : PME et ETI mettent également à disposition les données industrielles, interprétées par des intelligences artificielles. Conformément aux enjeux de recherche de performance, supervision de la qualité  ou autre service : la création des données lors des contrôles de métrologie incorporés aux process de production comme le fait remarquer Benjamin Bizon de Zeiss.

Mickaël David de GE Digital Europe, souligne que cette “impossible transformation digitale” ne s’est pas faite sans frein : il aura ainsi fallu bousculer les organisations et réinventer l’approche des industriels. Il évoque notamment des “ institutions emprisonnées dans leurs modèles, engluées dans une masse salariale peu encline au changement”, alors que le nombre d’ingénieurs dans le numérique a progressé de +16% d’après l’enquête 2017 menée par Ingénieurs & Scientifiques de France (IESF).

Pour autant, les entreprises digitales craignent toujours l’immobilisation de leur système de production, comme le rappelait aujourd’hui le ministre des Affaires Étrangères, citant le ransomware Wannacry qui avait paralysé plus de 200 milles postes dans 150 pays dont un site Renault.

Paroles d’experts chez Baldwin Partners

Un sujet à poursuivre en regardant la conférence “La conduite du changement au sein des chantiers Industrie du Futur” qui avait lieu le 18 Janvier 2018 à Nantes. Conférence durant laquelle Philippe Humeau exprimait les enjeux et retours d’expérience au sujet de la cybersécurité pour l’industrie 4.0.

 

Antoine Dorelon, ingénieur généraliste Arts & Métiers ParisTech, consultant chef de projet au sein de Baldwin Partners. Convaincu que la force d’une entreprises réside dans les Hommes qui y travaillent chaque jour, je me suis rapidement passionné par la gestion des projets opérationnels. Ouvert et très curieux, je fais logiquement le rapprochement entre la digitalisation des process et les systèmes opérationnels.

Sources :

Pas de commentaires

Vous devez être logged in pour poster un commentaire.